Syndicat des Vignerons d'Amboise

Nos vins


Le vin des rois :

Dès son entrée en 1431 dans les possessions de Charles VII, Amboise devient royale. Dès lors et pendant plus de 150 ans, la cité rayonnera dans tout le Val de Loire, grâce à l’installation de la cour, au château. Les intellectuels et artistes célèbres, comme Léonard de Vinci, qui viennent y séjourner, participent aussi au rayonnement de la ville. Pendant plusieurs décennies, les enfants royaux passent leur jeunesse à Amboise, pour recevoir l’éducation digne d’un futur souverain. Ces années d’enfances marqueront pour Louis XI, Charles VIII et François Ier, un attachement indéfectible au château et à la ville.

On sait aujourd’hui que Louis XI appréciait particulièrement le vin d’Amboise au point de publier une charte ordonnant de le vendre avant tout autre vin sur le marché de Tours.
La production locale, aussi présente sur la table de François Ier, lui aurait fait dire : « Bien que je n’y naquis point, je fus élevé à Amboise et, ma vie durant, eu toujours souvenance du divin breuvage de cette belle cité de Touraine, si chère à mon cœur. »

 

AMBOISE ROUGE : Principalement issu du cépage Côt  il donne des vins rouges puissants et fruités avec des notes d’épices, de poivre et de violette. Il peut être assemblé au Cabernet Franc et au Gamay : c’est la cuvée François Ier. Les vins d’Amboise  s’accommodent des plats légers jusqu’au gibier. En outre, il peut vieillir quelques années.

AMBOISE BLANC : élaborés à partir du cépage Chenin blanc (ou pineau de Loire). 
Vins tranquilles : ils sont secs, demi-secs ou moelleux selon l’ensoleillement. Les secs vont très bien avec les poissons et les fruits de mer, tandis que les demi-secs accompagnent à merveille les charcuteries et les poissons en sauce. Les moelleux, aux goûts de miel sont de pures merveilles avec le foie gras ou à l’apéritif.

AMBOISE ROSÉ : à la différence du vin rouge qui s’obtient par macération du raisin entier, c’est-à-dire avec la peau de ses grains, le vin rosé, issu des mêmes cépage rouges, est pressuré dès son arrivée en cave ou après 24 heures, lorsque la couleur désirée est atteinte. Il ne « fait pas de bois » (tonneau). Il est embouteillé tôt pour conserver toute sa fraîcheur. A boire frais, mais non glacé.